header8.JPG

Jeudi 04 octobre.

Comme annoncé, le temps est couvert. Mais heureusement, il ne fait "que" pleuvoir.

La route nous fait remonter jusqu'à Billings, où l'on refait les pleins dans un Walmart de sa banlieu, puis redescente vers le Wyoming.

Cette partie du Montana n'a rien à nous offrir à part des collines pâturées et des champs sous un ciel gris et parfois pluvieux.

Parfois, on aperçoit quelques pronghorns, mais côté animaux sauvages, c'est tout ce qu'il reste à voir. La "Civilisation" a décimé le reste... pour le remplacer par des fermes et des vaches.

Le Wyoming n'offre guère mieux, si ce n'est un peu plus de soleil en fin de journée.

Pour le spot dodo, plutôt que de rester sur une petite aire de repos bruyante avec plein de panneaux "No Overnight", on tente notre chance sur la piste d'à côté et on tombe sur un Open Range qui à l'air libre d'accès comme son nom l'indique. On y croise des gens qui bivouaquent en tente. Alors, on se pose plus loin sur le premier spot où on ne risque pas de s'ensabler (44.245201,-106.156658).

Dodo tranquille et encore bien froid même à 1191m d'altitude.

Vendredi 05 octobre.

Le mauvais temps se confirme. On se réveille sous de la pluie mélée de neige.

Il nous reste plus de 400km avant d'arriver aux Badlands, alors on part efficace.

En route, on voit le panneau "Devil's Tower National Monument - next left".

Je l'avais vue lors de mon tour de trois semaines dans l'ouest des Etats-Unis, dans ma jeunesse, et j'en avais parlé à Babé car c'est aussi l'endroit où a été tourné le film "Rencontre du troisième type" de Spielberg (que Babé n'a jamais vu !!!).

Je ne comptais pas m'y rendre, mais Babé est décidé à faire le détour, pour me faire un "revival" comme il dit. Je le soupçonne plutôt de vouloir voir cette montagne de ses propres yeux...

On arrive à Devil's Tower pour l'ouverture.

Les nuages sont tellement bas qu'on ne voit même pas le sommet de la petite montagne.

Par chance, ils vont légèrement se dégager le temps d'en faire le tour pendant une heure.

Dans le film, on a l'impression que la montagne est immense. Elle est beaucoup moins impressionnante dans la réalité, mais je lui trouve un certain charme. C'est un lieu sacré pour de nombreuses tribus indiennes et on imagine presque l'ours qui aurait soi-disant formé les orgues basaltiques de la montagne en la griffant.

On est fringorifiés. Le temps hésite toujours entre la pluie et la neige.

On prend cependant le temps de disfruter les chiens de prairies (= Prairie Dogs) en sortant du parc. Encore cachés dans leurs terriers à l'aller, on les retrouve actifs et en train de manger en repartant.

On pensait qu'ils hivernaient, mais non. Ils sortent seulement quand le temps est plus clément.

C'est une découverte pour nous et on tombe tout de suite sous leur charme d'hyperactifs à la bouille toute ronde.

 
Prairie Dogs à Devil's Tower National Monument :
 

Musique: FREE Creative Commons License HAPPY ROCK by https://www.bensound.com

Ils sont parfois tellement près que Babé a du mal à les cadrer !

 
Babé et les chiens de prairies à Devil's Tower :
 

Mais bon. On se les pèle quand même sévère et les Badlands sont encore à 300km. Alors on se remet en route sans tarder.

Le paysage ne change guère jusqu'à la frontière d'avec le South Dakota.

Un peu avant de changer d'état, on se rend sur la rest area à la sortie de la ville de Sundance (44.4139,-104.33867). L'eau a été coupée dans les dump stations sur lesquelles on s'est arrêtés ces derniers jours et on est contents de trouver celle-ci en état de marche.

On arrive, on fait notre plein et, au moment de repartir... Gyrophares ! Une voiture de police déboule devant nous et nous barre la route !

On vous raconte l'histoire en vidéo...

 
La police de Sundance nous arrête pour un mini contre-sens sur la dump station :
 

Ouaip ! Complètement surréaliste cette histoire ! Ce flic n'avait vraiment rien d'autre à foutre que d'emmerder des touristes pour une broutille et d'aggraver la pauvre opinion qu'on a déjà des américains !

Dans la même série d'arrestation débile, des copains nous ont racontés qu'ils se sont fait arrêtés parce qu'ils roulaient trop lentement à 90km/h et qu'un gars s'est pris une amende de plus de 300$ parce qu'il pissait sur sa roue (oui, sa roue !) sur le bord de la route !!!!

Boy, si tous les flics mexicains devaient appliquer cette règle au Mexique, ils seraient riches comme Cresus!

Oh well !

On entre dans le South Dakota afin de déjeuner sur la rest area suivante. Puis on reprend la route avec un paysage toujours identique, ponctué tous les km par des panneaux faisant la pub du village de Wall Drug, soi-disant typiquement western avec un café à 5 cents.

Grosse usine à touristes, ce village n'a vraiment rien d'excitant avec des flics à la mine patibulaire postés à tous les carrefours.

On ne s'y arrête pas pour le café, mais pour une glace (à 3$ pièce !). On a des envies comme ça alors qu'on se les pèle !

Nous ne sommes plus qu'à quelques dizaines de km du Badlands National Park.

Il est près de 16h. On est fatigués après cette grosse journée de route pleine de rebondissements et on se demande s'il ne vaut pas mieux trouver à se poser tout de suite...

Allez, on peut tout de même aller jeter un coup d'œil, hisoire de.

Et bien nous a pris car on va finalement parcourir toute la route traversant ces superbes vallées sédimentaires aux formes et aux couleurs variées, toutes plus jolies les unes que les autres avec, pour clore la journée, une coucher de soleil flamboyant.

Je laisse parler les photos.

 
 

La nuit tombe lorsqu'on a terminé. Et on choisit la solution de facilité et payante (22$!) du camping du parc (43.744177,-101.951186) pour dormir car juste à côté du départ de sentier prévu demain.

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook