header3.JPG

Nous restons encore à Playa Zipolite et disfrutons la plage entre les averses. Il fait toujours chaud. 32°C la journée, 28°C la nuit.

L'océan Pacifique lors de la dernière matinée de beau temps.

 
 

À force de chaleur et d'humidité, je tombe malade. Rien de bien grave, un rhume avec quelques boutons que je traite aux huiles essentielles de menthe poivrée et de tea tree.

Courses à Pochutla, re-lessive (15.664443,-96.520884) à 17pesos/kg (on transpire énormément ), et on prend la route dimanche matin sous l'orage.

Ici, les pluies d'orages forment des torrents dans les rues...

On prend la route direction l'Isthmus, c'est à dire la partie la plus étroite du Mexique. Cette zone est riche en endémiques.

Arrêt au km 270 pour spoter la Thorn Forest, cette végétation dense et peu élevée (10m) de la côte pacifique.

Babé n'arrive encore pas à voir le Red-Breasted Chat. Oh well. De toute façon, on va repasser dans la zone en remontant cet hiver. Il faut bien garder quelques coches à faire, d'autant qu'il y a un spot dodo en bord de plage juste à côté...

L'éclaircie est de courte durée. Il se remet à pleuvoir doucement.

On pousse un peu plus loin, histoire de faire quelques km supplémentaires et on arrive sur la Playa Bamba.

C'est un spot dodo I-Overlander. Le patron du petit resto Blue Rock (16.008436,-95.399927) autorise les voyageurs à bivouaquer gratuitement à côté de là.

On tombe aussitôt sous le charme de cette immense plage avec cette belle dune de sable au fond.

Babé se voit déjà marcher vers la dune demain. Mais le temps vire aux grosses averses.

On décide de partir en se promettant de revenir au retour. Le coin nous plaît énormément et il y a des tortues qui viennent y pondre !

Le patron du resto fait d'ailleurs partie d'une communauté qui s'engage à préserver la plage pour les tortues. Vous pouvez aller voir leur site Internet : https://cooperativacochabamba.wordpress.com/

On croise d'autres accès à des plages parlant de tortues. Je crois qu'on va faire quelques arrêts au retour...

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook