header8.JPG

Samedi 10 novembre.

Nous prenons la route de bon matin pour monter encore de quelques centaines de mètres d'altitude et arriver enfin à l'Ancient Bristlecone Pine Forest.

Au passage, le lever du soleil est bien sympa.

Cela fait des mois que j'entends parler de cette forêt, mythique aux yeux de Babé.

C'est que ces pins sont les plus vieux arbres du monde ! Et Babé ne pouvait décemment pas ne pas venir les voir !

Les Bristlecone Pines se répartissent en petits patches de forêts. Babé pensait devoir marcher des heures pour pouvoir les atteindre, mais les américains ont bien fait les choses et deux des Groves sont accessibles avec plusieurs sentiers pour les visiter.

On commence donc par Schulman Grove (37.385579,-118.178962), dédiée au professeur de dendrologie Edmund Schulman qui fut le premier à dater ces arbres et qui identifia le Bristlecone Pine qui est l'arbre le plus vieux du monde, âgé de 4700 ans et surnommé Methuselah.

Pour ceux qui le connaisse, Babé est d'ordinaire très stoïque. Homme tranquille, calme, qui ne s'énerve jamais, il ne fait pas non plus dans l'étalement de sentiments enthousiastes démesurés comme une certaine Coucoux.

Alors, c'est vraiment rigolo de le voir littéralement bondir hors du camion pour aller parcourir le premier sentier, le Discovery Trail !

On dirait un enfant de 5 ans que l'on emmène pour la première fois à la fête foraine.

Mais bon, Babé et les arbres, c'est une longue histoire d'amour (non-non, je ne suis pas jalouse ). Il a une connexion presque fusionnelle avec eux. Et il disparaît donc comme par enchantement pour aller voir ses vieux amis.

Avant de m'élancer à mon tour sur le Discovery Trail, je fais d'abord un tour des panneaux explicatifs autour du visitor center, fermé à cette époque de l'année.

On y apprend que si ces arbres ont survécu aussi longtemps, c'est parce qu'ils ont su d'adapter à des conditions de vie très rudes : un climat sec, froid et venteux, et un sol sédimentaire alcalin constitué de dolomite sur lequel ils sont les seuls à se développer. Ajouté à cela un couvert végétal quasi inexistant qui empêche la propagation des incendies et vous avez des Bristlecone Pines qui vivent plus de 4000 ans.

Ce n'est qu'en poussant sur les flancs de collines quasiment dépourvus de sol que ces pins vivent millénaires. Ils y acquièrent une forme caractéristique, tortueuse (ceux qui se développent dans des vallons avec plus de sol poussent comme des pins ordinaires mais vivent moins longtemps) et quasiment dépourvue d'épines (alors que la plupart des pins renouvellent leurs épines tous les 4 à 6 ans, les Bristlecone conservent les leurs pendant près de 40 ans !). À plus de 3000m d'altitude, la belle saison est courte, alors ils produisent un bois dense et résineux qui résiste aux attaques d'insectes et de champignons. Enfin, les Bristlecone Pines vivent avec une écorce extrêmement fine qui leur permet néanmoins de supporter leurs fonctions vitales.

Bel Homme revient de sa balade complètement rêveur. Il est tombé sous le charme des Bristlecone Pines et en est définitivement amoureux. Il n'a pas assez de superlatifs pour les décrire.

Son seul regret est que le sentier ait été dans l'ombre, ne permettant pas de prendre de photos mettant suffisamment en valeur les arbres.

Ces quelques photos donnent tout de même déjà un bel aperçu.

À mon tour, je fais le sentier et découvre ces arbres majestueux.

Je comprends le regard émerveillé de Babé. Leurs formes, leurs couleurs, leurs textures, tout est exceptionnel dans ces arbres. Et leur contact est très intense. Leur énergie est dense et brûlante. Oui, on prend une belle claque en leur présence. On redécouvre l'humilité. Nous ne sommes que des enfants ignorants en leur présence.

Ils dégagent une puissante sérénité. Alors, on ralentit, on prend le temps et on écoute.

 

Pendant ce temps, Babé part à la découverte des Bristlecone Pines du Methuselah Trail et revient encore rêveur.

 
 

Dans l'après-midi, on se déplace vers Patriarch Grove

Plus de route, on a droit à une piste de tôle ondulée bien poussiéreuse. Mais bon, on ne se plaint pas. Elle est encore ouverte et le paysage est superbe.

Les montagnes qui nous entourent hypnotisent Babé. Le temps est superbe. Il ne peut pas résister à leur appel.

C'est décidé, demain, il part randonner.

Mais avant cela, il faut trouver un spot dodo.

Il est interdit de bivouaquer dans les Groves et, après la bifurcation pour aller à Patriarch Grove, la piste est pentue, trop pour TiNéfant.

On trouve notre bonheur sur un parking (37.518767,-118.201335) sans panneau "No Overnight Parking" non loin de Patriarch Grove. Situé sur un replat à 3406m d'altitude, il a l'avantage d'être dégagé, ce qui est bien pour les panneaux solaires et chauffer le camion en journée. Par contre, à cette altitude, on se retrouve avec -04°C dans le camion le matin !

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook