header5.JPG

Jeudi 01 novembre.

Nous quittons notre spot dodo tranquille de la Kaibab National Forest avant l'aube et traversons le parc Grand Canyon sans nous arrêter. On court toujours après le temps et il faut qu'on avale quelques km pour continuer la route.

225km plus loin, après avoir traversé un paysage désertique toujours aussi joli, on arrive dans la petite ville de Page

Samedi 03 novembre.

Babé comptait bien faire une grosse balade aujourd'hui. Mais en arrivant au départ du sentier, celui-ci s'avère payant.

Adieu la balade, on reprend la route pour arriver en milieu de matinée à Kanab, connue pour sa lotterie dominicale permettant de visiter gratuitement les "Waves", superbes formations rocheuses ayant un accès limité en nombre de touristes.

Les plans de la journée étant tombés à l'eau, on se rabat sur la Public Library (37.054379,-112.528176) et son excellent wifi qui me permet enfin d'uploader mes médias.

Mardi 06 novembre.

Mythique Las Vegas !

C'est clair, il n'y a rien de naturel dans cette ville construite en plein désert.

Justement, là est tout son intérêt à nos yeux. Habitués à disfruter les endroits naturels (ou qui s'en rapprochent), il nous fallait faire une plongée dans le monde réel et artificiel de nos contemporains. Après New York, un bout de San Francisco et quelques autres villes rapidement traversées, rien de tel pour cette plongée volontaire en eaux nauséabondes que Las Vegas, summum du contrôle de l'Homme sur la Nature et sur Lui-Même.

Nous entrons donc dans l'état du Nevada, avec ses déserts, ses fermes solaires et, 150km plus loin, Las Vegas.

Mmouais... le nuage de pollution sur la ville n'est pas très attirant.

Samedi 10 novembre.

Nous prenons la route de bon matin pour monter encore de quelques centaines de mètres d'altitude et arriver enfin à l'Ancient Bristlecone Pine Forest.

Au passage, le lever du soleil est bien sympa.

Cela fait des mois que j'entends parler de cette forêt, mythique aux yeux de Babé.

C'est que ces pins sont les plus vieux arbres du monde ! Et Babé ne pouvait décemment pas ne pas venir les voir !