header3.JPG

Mardi 1er mai, 2h du matin...

 
... des policiers d'Olympia nous réveillent. :
 

Mmpffff !

Tête dans le pâté, donc, on se dirige vers la Mima Mounds Preserve (46.899703,-123.04804) où la Sooty Grouse a été vue.

Néanmoins, comme on s'y attendait, le coin est payant comme toutes les aires naturelles de l'état de Washington que l'on a vues jusque-là. Ici, c'est 11$ la journée ou il faut avoir le state annual pass...

OK, au moins on a tenté. Retour sur l'autoroute pour dépasser Olympia.

On se rend à la Nisqually NWR (47.072831,-122.712921) qui est gratuite avec notre annual pass.

Seulement ouverte en journée, cette réserve propose plusieurs sentiers sur la zone humide qu'elle protège. Babé va les parcourir sous le soleil qui réchauffe agréablement l'atmosphère.

Pour moi, c'est ordi avec tous les articles que j'ai en retard...

Le printemps est bien là. Maman, Papa et cannetons Canada Goose font leurs toilettes après le bain.

Non loin, un Bald Eagle se demande s'il ne va pas croquer un petit canneton...

Babé rencontre un couple de jeunes militaires qui ont pas mal voyagé et qui aimeraient faire comme nous dans un futur proche. D'origine asiatique, ils sont très ouverts d'esprit. C'est agréable de rencontrer des gens comme ça après le réveil matinal qu'on a eu.

Pour le spot dodo du soir, on table sur une valeur sure, avec le parking du gros magasin de sport Cabelas (47.062599,-122.78749).

C'est un spot dodo I-Overlander sensé être free, mais il y a des panneaux "No Overnight Parking". Ce coup-ci, Babé va se renseigner au magasin et le chef nous donne le OK pour une nuit.

Nuit tranquille, ça fait du bien.

Nous passons principalement les deux jours suivants à la library de Lacey. Grosse bibliothèque, elle propose du bon wifi avec des tables et des prises pour y travailler tranquillou.

J'aime les libraries car on y voit passer tout un tas de gens.

Il y a les middle class qui viennent avec leurs enfants pour se cultiver.

Les gens moins aisés qui profitent du gros rayon DVD pour en regarder un paquet pour un abonnement annuel modeste.

Il y a aussi les sans-abris avec leurs gros sacs qui y trouvent un coin tranquille et chauffé pour la journée.

Et puis, il y a les cours en tous genres, comme par exemple ces cours de langues particuliers dispensés par des retraités à des migrants qui ne connaissent pas encore l'anglais. L'assistante sociale passe régulièrement les voir pour faire un point sur leur situation.

Bien sûr, lorsqu'on se met à parler, nos voisins nous demandent d'où on vient. On y rencontre une mamie sympa qui a beaucoup voyagé en amérique latine.

Cherchant un nouveau spot dodo pour la nuit, le manager de la library nous propose de stationner sur le parking "customers" juste à côté (47.043888,-122.82089). On y passe une nuit bien tranquille.

Il y a une grosse zone commerciale à côté de la bibliothèque. On y fait le plein d'eau à boire au distributeur d'eau purifiée (47.056912,-122.76599) (40c/gallon) et la lessive dans un gros landromat (47.051942,-122.78463) qui a même du wifi.

Ici-aussi la consommation du cannabis est légale, mais pas avant 21 ans...

Au soir du jeudi 03 mai, on prend la route en direction de la frontière. Nos sympathiques voisins de table nous ont confirmés qu'il vallait mieux attendre 20h pour passer Seattle sans encombre.

En effet, la traversée se fait tranquilloute bien qu'avec beaucoup de circulation.

Comment peut-il y avoir autant de monde tout le temps ?

On fait le plein d'eau du réversoir dans une dump station gratuite (48.169949,-122.19125) puis on se pose sur une rest area (48.582679,-122.34312) à 60km de la frontière.

Nuit bruyante.

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook

Ce gros mois et demi passé dans l'ouest des Etats-Unis a été une somme d'émotions contradictoires.

Beaucoup de stress à cause de l'assurance . Un grand respect devant les giant sequoias et redwoods. Toujours de la tendresse avec les éléphants de mer. Beaucoup de plaisir à découvrir les wapitis, la côte pacifique (quand elle est encore sauvage et accessible), les jolis rochers de Pinnacles ainsi que le lac de cratère enneigé de Crater Lake. Et que dire des Public Libraries que l'on aime pour leur calme et leur gratuité.

Ce côté-ci des Etats-Unis était définitivement plus intéressant que le côté est.

Moi qui ne voulait pas y revenir, je suis bien contente que Mon Babé se soit entêté.

Néanmoins, les Etats-Unis restent les Etats-Unis et il s'avère parfois compliqué de trouver à bivouaquer.

Ce n'est toujours pas le pays de la liberté. Les "Keep out - No trespassing" sont constamment accrochés aux portails et clôtures des propriétés. Les accès à la côte sont très souvent privés et bon nombre de State Parks sont payants. Quant aux panneaux "No Camping", "No Overnight Parking", on les repère de loin.

Ce qui est vraiment décevant dans ce pays, c'est qu'ils ont tout saccagé. Mise à part quelques National Forests et National Parks qui tentent désespéremment de préserver ce qu'il reste encore de naturel (ou bien de le restaurer...), tout l'environnement naturel a été exploité et l'est encore.

J'avais oublié à quel point c'est le pays de l'exploitation et de la consommation à outrance. Ici, les coupes forestières se font à blanc et les cultures s'étendent à perte de vue.

Sans la lucidité de quelques personnes, il ne resterait plus rien des giant sequoias et redwoods, et les nénéphants auraient probablement été chassés.

J'ai mal au cœur de voir comment ces immenses espaces ont été ravagés. Et que dire des amérindiens qui ont été dépossédés de la plupart de leurs terres. Leurs tribus et coutumes ne sont pas du tout mis en valeur. Parfois, il y est fait référence ou bien on apprend qu'une tribu a tout bonnement disparu.

Oui, les Etats-Unis offre des espaces naturels magnifiques, mais ce ne sont que des îlots éparpillés dans un désert consumériste qui donne la nausée.

On étouffe sur ces immenses routes et centres commerciaux. On enrage devant toutes ces propriétés privées.

Beaucoup d'émotions donc. Les Etats-Unis nous marquent à chaque passage.

Mais le temps file. Le printemps est bien arrivé et il est temps pour nous de commencer notre montée vers le Grand Nord canadien...

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook

Vendredi 04 mai.

On se dirige vers la frontière canadienne sous la grisaille.

Plutôt que de passer par le gros poste frontière via l'interstate 5, on bifurque sur la 543 en espérant que le poste frontière "Pacific Hightway" soit à taille plus humaine.

À 8h du matin, seules trois guérites sur cinq sont ouvertes et il n'y a pas de file d'attente.

Le douanier qui nous reçoit est très cordial. Il vérifie la plaque d'immatriculation, prend les passeports, les tamponne, nous demande ce qu'on vient faire au Canada et quelles sont nos professions.

Puis il nous rend nos passeports.

C'est tout ?, Babé lui demande en anglais. Pas de visite du camion ?

Non-non, tout est en ordre, répond le douanier.

Comme on doit rendre nos visas US, il nous demande de les détacher et de les lui donner, car ce sont les douaniers canadiens qui se chargent de les récupérer. Ce que l'on fait.

Voilou.

C'est terminé.

Le douanier nous souhaite une bonne journée. On démarre et se retrouve sur la highway, un peu abasourdis.

On avait lu tout un tas de commentaires sur le passage des USA au Canada : les dounaiers demandaient si les gens avaient suffisamment d'argent pour voyager, s'ils avaient une assurance santé, ils fouillaient même les véhicules.

Là, rien.

Cool !

Welcome to British Columbia !

Le visitors center étant encore fermé, on prend la direction d'un Walmart pour racheter quelques fruits et légumes.

On retrouve avec plaisir des panneaux de vitesse en km/h.

Niveau paysage, c'est des champs et encore des champs. La grande plaine alluviale a été aménagée en garde-manger.

Par contre, on voit bien qu'on est de retour au Canada en voyant toutes les pelouses des jardins bien tondues devant les maisons. D'ailleurs, tout est nickel propre ici. Les gens sont bien habillés. Il n'y a pas un clochard dans les rues.

Gros contraste avec les Etats-Unis qui laissent leurs sans-abris dans la rue...

Je voulais uploader quelques vidéos et photos, mais la Public Library de Ladner m'en empêche. C'est le premier wifi public avec restrictions. Les dowloads, je comprends, mais les uploads...

On se rend donc au Boundary Bay Regional Park (49.059539,-123.02471) qui protège les abords de la baie.

Ah, quand même ! Plein de panneaux disant ce qu'on a le droit ou pas de faire ! On est toujours en Amérique du nord. Ouf !

Là, Babé y coche la Northwestern Crow, très facile à voir dans le coin.

Retour au Walmart (49.041879,-123.08168) pour y passer une nuit assez calme.

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook

Babé a repéré plusieurs spots obs dans et autour de la ville de Vancouver qui possède plein de petits parcs ouverts au public. On passe de l'un à l'autre durant les jours suivants sous un beau soleil, ce qui est bien agréable.

Suite à notre entrée éclair au Canada de la veille, on a encore du mal à trouver nos marques.

L'arrivée de bon matin dans la ville nous paraît irréelle. Comme hier, tout est trop bien ordonné, nickel. On n'a pas l'impression d'être dans la vraie vie mais dans une ville virtuelle où tout se passe bien. Pas de misère, les joggers courent et les promeneurs sortent leurs chiens une boisson à la main.

Heureusement, l'usine de bois au bord de la rivière nous rappelle que ce magnifique style de vie est en partie le résultat de la destruction de l'environnement forestier alentour.

Babé cherche des becs-croisés dans le cimetière (49.240203,-123.09106). Mais on est déjà trop tard dans la saison. Le printemps est bien là avec ses arbres en fleurs et les pioux-pioux sont repartis dans le nord.

Oh well, la visite du cimetière est intéressante.

Direction ensuite la rive sud de Vancouver vers Spanish Banks.

Quelques Community Centers autorisent les visiteurs à prendre gratuitement une douche (info I-Overlander). On en profite donc dans celui près de Jericho Beach. L'accès aux douches se fait dans le gymnase (49.27173,-123.20421) après avoir gentillement demandé la permission à la personne de l'accueil.

Ça fait du bien.

Babé va ensuite se balader sur la plage à la recherche de pioux-pioux. Très peu de coincoins. Il y a trop de monde ! Tous les gens sont venus profiter du soleil.

C'est l'occasion pour Babé de prendre sur le vif les habitants de Vancouver en train de faire du sport, de disfruter ou de manger un BBQ en ce samedi ensoleillé.

 
 

Ici aussi des panneaux indiquent ce qu'on peut ou ne peut pas faire.

Bon, pour la cigarette, c'est pas trop ça vu les fumées de chichon dans l'air. Quant aux voisins, on est sûrs qu'ils sont sur le qui-vive à rapporter la moindre activité louche !

On pensait bivouaquer dans le coin. Toutefois, des panneaux indiquent que le secteur est fermé le lendemain.

On se rend donc sur la rive nord vers un spot I-Overlander sensé être tranquille.

Pour cela, on passe à travers la "city" de Vancouver.

Mmouais...

On pensait que la rive sud était huppée. La rive nord l'est encore plus !

Le Dundarave Park (49.33391,-123.18321) se situe au milieu d'une banlieue avec de grosses maisons cachées derrière d'épaisses barrières.

Là-encore les gens viennent profiter du soleil et manger dans le resto chic d'à côté.

Le spot dodo sur le parking du parc ne s'avère pas du tout tranquille. Des gens picolent et écoutent de la musique jusqu'à 1h du matin, puis c'est le train qui passe deux fois en klaxonnant durant la nuit.

Oh well...

Même s'il a déjà coché un première année de Barrow's Goldeneye, Babé voudrait en revoir, en particulier des adultes.

Il continue donc à explorer les parcs côtiers de la ville.

Pas de coincoin au Lighthouse Park (49.335541,-123.26252), mais une jolie vue de la baie de bon matin.

Le Whytecliff Park (49.374206,-123.29062) est blindé de monde en ce dimanche. Ça sent la crême à bronzer et la viande grillée, et tout le monde est en short et tongues. (Pas de photos, elles ont disparu de mon ordi ! )

Toute cette activité ne dérange en rien une vingtaine de Barrow's Goldeneye pour le plus grand plaisir de Babé qui est tout sourire de voir un adulte mâle en nuptial, un première année et tout plein de femelles.

Dans les rochers, quelques Harbor Seals se prélassent...

... et les Northwestern Crow sont à l'affût de la moindre miette.

Aucuns panneaux d'interdiction dans ce park. Les gens viennent y faire de la plongée la nuit. On se pose sur l'Overfow Parking (49.373116,-123.28908) qui s'avère muy-muy tranquillou.

Après la côte, Babé veut tenter la montagne. Ça tombe bien, la station de ski Cypress Mountains se situe juste à côté et des Sooty Grouse y ont été vues.

Cypress Mountain est à l'intérieur du Cypress Provincial Park.

Faut-il payer pour entrer dans les Provincial Parks ?

Non !

Alors, c'est parti pour deux jours dans la neige ! Car bien qu'à seulement 900m d'altitude et fermée pour la saison, cette station de ski est encore couverte de neige.

Babé ne trouve pas la Grouse le premier jour. Il se fait juste plaisir à faire une grosse balade.

 

Par contre, non seulement il coche la Sooty Grouse qui parade dans toute la forêt le deuxième jour(pas de photo car elle est très discrète ), mais il voit aussi des traces d'ours dans la neige !

Chouette Balade !

 

Pour le dodo, il y a un Overnight Parking (49.393396,-123.19358) fait pour ça.

Bon, de 18 à 20h, 4 blaireaux viennent se prendre pour Fast and Furious avec leurs motos et voitures. Ils font chauffer leurs pneus et rugir le moteur.

Ensuite, nuit tranquille.

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook