header4.JPG

Nous passons deux jours tranquilles au bord du lac. On apprécie son calme de jour comme de nuit.

 
Matin au bord du lac de Crooked Tree :
 

Puis, nous migrons 300m plus loin au Jacana Inn (17.782428,-88.531659), 10bzd/pers., afin de profiter de sa douche froide qui pisse pas fort et surtout de son wifi pour mettre à jour le blog et télécharger quelques émissions radio.

On continue de se reposer quelques jours et recharger nos nuits en sommeil. Babé fait une grande balade chaque matin mais il n'y a pas beaucoup d'oiseaux à cette période de l'année.

Les levers de soleil sont superbes. La brise dans la journée permet de supporter la chaleur (généralement 33 à 35°C avec un fort taux d'humidité).

Crooked Tree est un tout petit village. Je le parcours un matin pensant trouver une fruteria.

Il y a bien quelques maisons, des églises, un poste de police qui fait aussi office d'école gouvernementale (parce qu'il y a aussi beaucoup d'écoles religieuses dans ce pays...), une poste !, mais les deux mini-supérettes ne vendent pas de fruits.

Les béliziens ne semblent manger que des glaces, des chips et boire des sodas et des bières.

D'ailleurs, lorsque je demande à une dame où trouver des fruits, elle me regarde de travers et m'informe gentillement qu'un camion de fruits passe de temps en temps, mais pas aujourd'hui. . Les béliziens sont très sympathiques.

Ok, pas de fruits.

Mardi 25 juillet, nous prenons la direction d'Orange Walk, 3ème ville du pays, que nous avions traversé rapidement à l'aller.

On se pose près de la place principale et je vais me renseigner à l'office de tourisme (18.080181,-88.561142).

Babé en profite pour prendre quelques photos

Je trouve toutes les infos dont j'ai besoin avec, en prime, une carte gratuite du Belize.

Il y a un marché un peu plus haut. J'y trouve des poivrons à 2€/kg, des pommes toujours à 1€ la pièce, des carottes à 1,5€/kg, de la pastèque à 35 centimes le kg et du melon à 1€le kg. On va faire une cure de pastèques et de melons !

Il y a des vendeurs de tacos ! 1 Belize $ les 3. Mium ! Ils ne sont pas épais comme au Mexique mais très bons !

Cliff, un gars qui fait de la pub pour des resorts m'aborde. Bon, il n'arrive pas à vendre son truc, mais on papote bien. Ouaip, les béliziens sont très sympas.

J'enchaîne avec l'eau. La fabrique de glace du coin, Zeta Ice Factory (18.081424,-88.559481), distribue aussi de l'eau purifiée. 1,5 bzd (= Belize $) le garafon si on fait remplir le nôtre, 2,5 bzd pour le garafon déjà rempli.

On fait le plein et je termine mon tour avec le gros supermarché du coin qui n'est en fait qu'une superette.

Tout y est moitié voire deux fois plus cher qu'au Mexique. La prime au yaourt LALA d'1kg qui coûte 6,80bzd soit plus de 3€ !

Mais bon, il faut bien manger... et, note positive, je trouve des boîtes de conserves de qualité. Je fais le stock de petits pois, bien pratique pour manger un peu de verdure quand on n'a plus de légumes.

Il est midi passé lorsque nous prenons la route pour les ruines de Lamanai (17.66643,-88.651999). Situées à moins de 20km à l'ouest de Crooked Tree, il faut faire 90km de détour pour y aller. Il est dit qu'il y a une belle forêt avec des singes.

Beaucoup de champs de canne à sucre (ils produisent du sucre et du rhume !, ancienne terre de flibustier oblige ) et de pâturages en bord de route. Quelques villages aux maisons avec gazon bien coupé (on est chez des anglais !).

Les gens comatent doucement sous la chaleur. Chaque village possède son "Hurricane Shelter".

Les 27 derniers km de piste pleine de trous jusqu'à Indian Church (le village à côté de Lamanai) nous parraissent interminables.

Bien fatigués et trempés en dépit de la clim, on se dirige vers un point I-Overlander en bord de lac. Pas du tout accessible avec TiNéfant, on rebrousse chemin.

Aux ruines, je tombe sur un garde franchement antipathique. Hors de question de bivouaquer la nuit sur le parking et encore moins de stationner la journée à moins de payer l'entrée. Il y a l'art et la manière de le dire. Je comprends très bien que ce soit interdit, pas la peine d'être hautain et limite agressif !

On se replit sur le parking du resto Las Orchideas (17.755492,-88.658821). Ici, les dames sont sympas et la nourriture bonne et pas cher. 1bzd les trois empanadas de pollo. Il est de coutume de consommer lorsque qu'on bivouaque comme ça sur le parking d'un resto. À ce prix-là, pourquoi se priver ! Mium !

Petite remarque en passant, la discussion se fait rapidement en espagnol. Même si la langue officielle est l'anglais, beaucoup de gens parlent aussi espagnol. Ils communiquent d'ailleurs entre eux dans un créole qui mélange un peu toutes les langues. En les entendant parler, on comprend globalement la conversation.

On passe le reste de l'après-midi à comater dans le camion en regardant passer les Amish en calèche (pas de photos, désolés). Ils se sont installés ici il y a longtemps et produisent les fruits et légumes du pays. C'est à eux les grands champs et les troupeaux. Ça, pour tout défricher et ne pas laisser un bout de forêt, on peut compter sur les hommes de religion ! Mais bon, pour nous c'est pas vraiment des Amish car, même s'il y en a qui circulent en calèche avec salopettes, grandes robes et chapeaux de paille, ils ont aussi des 4x4, des tracteurs et boivent du Coca au resto du coin.

Nuit très tranquille avec quelques hurlements de Guatemala Black Howler.

Le lendemain, on se présente à 8h pour l'ouverture des ruines.

On croise le garde-pas-sympathique d'hier sur la piste qui nous fait sa tête de vraiment contrarié.

"The ruins open at 8. I told you that yesterday !" (Les ruines ouvrent à 8h. Je vous l'ai dit hier !)

Hein qu'il est charmant ce type ! Vous avez senti toute l'amabilité dans son ton ?

On regarde notre horloge : 8h10.

Et il nous montre son portable : 7h10.

Hein ? On a reculé l'heure d'une heure ?

Confus, on essaie de lui expliquer la méprise, qu'on vient d'arriver du Mexique, qu'on ne savait pas, mais le gars est trop con.

On fait demi-tour pour se poser devant l'entrée, de l'autre côté de la piste et là, c'est une dame qui nous dit qu'on ne peut pas stationner parce que c'est une propriété privée (la maison a un beau gazon mais a l'air abandonnée).

Ils font un concours ou quoi ?

On se gare un peu plus loin.

Ouai les béliziens sont sympas, dans l'ensemble. Mais il ne faut pas oublié qu'on est en terre anglosaxonne. "Not in my back yard" a tout son sens ici. Il n'est pas rare de voir un panneau "Private Property" ou "No trespassing", tout comme des panneaux "Community watch". Hummm...

On retarde nos montres d'une heure (c'est nul car il fait maintenant nuit très tôt ! Quant à voir les oiseaux le matin...) et rentre dans le parc à l'heure.

On tombe sur un garde sympa (ça existe !) et règle les 10bzd/pers d'entrée.

On a les ruines à nous tout seul.

Elles ne sont pas très étendues mais sont en effet dans une belle forêt. Babé monte sur les trois pyramides. On voit des singes hurleurs très haut dans les arbres et endormis. Oh well. On disfrute les lieux très tranquilles en s'épongeant régulièrement car il fait déjà une chaleur à crever.

 

Les femmes du village vendent leur artisanat. Je détourne les yeux pour éviter d'être tentée ! Oh la jolie couverture !

On fait un tour au musée aux panneaux explicatifs bien faits. Apparemment, ces ruines ne sont pas construites comme d'habitude.

 
 

Deux panneaux parlent des singes hurleurs.

On a même droit à une présentation des symboles nationaux du pays.

L'après-midi se passe à comater, devant un film pour moi, et à faire le tour des sentiers pour Babé... qui revient à nouveau en nage.

On termine la journée sur le parking de Las Orchideas.

Des singes hurlent tout proche sans qu'on puisse les voir.

 
Hurlement du Guatemala Black Howler à la lisière des ruines de Lamanai :
 

Pour le dîner, Babé s'en tient à des empanadas. Je goûte le "rice and beans" typique du Bélize accompagné de poulet grillé. Très bon, quoiqu'un peu bourratif pour le soir .

 
Laissez vos commentaires surCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.ouNotre page Facebook